Auteur Sujet: niveau des subs vs tête, room gain vs plein air  (Lu 22945 fois)

Hors ligne jimbee

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #15 le: 17 octobre 2015 11:20 »

 Pour le deuxième point, la réponse modale de la pièce, le "room simulation" dans Rew
 illustre la réponse en faisant varier la position des subs et celle de l'auditeur.

   

Hors ligne Bernard

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #16 le: 17 octobre 2015 11:28 »
Est-ce que ça sert d'être vieux ?
Il y a longtemps, il existait cette feuille de calcul Excel pour "voir" l'effet du "room gain" (et pas "room again" comme on l'a souvent lu jadis sur un feu phorum) :
http://www.troelsgravesen.dk/ports_files/18W_1.xls
Le gain dû à la pièce est calculé en utilisant les paramètres de Roy Allison, utilisés dans le logiciel ci-dessous il y a encore plus longtemps :
http://www.classicspeakerpages.net/library/allison/other/bestplace_speaker_placement.zip




Hors ligne jaffar

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #17 le: 17 octobre 2015 12:09 »
      Merci pour ces réponses . En fait tel monsieur JOURDAIN je faisais du room gain sans le savoir : toutes ces notions me sont familères mais je ne les avais pas rangées dans la case "room gain" . Pour tout vous dire je trouve ce terme mal choisi , il n' exprime pas bien le problème de la gestion des basses fréquences .

Hors ligne Philby

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #18 le: 17 octobre 2015 12:40 »
Pour tout vous dire je trouve ce terme mal choisi , il n' exprime pas bien le problème de la gestion des basses fréquences .

On parle aussi de la gestion des modes propres(de résonance) de la pièce, appellation qui est peut être un peu plus explicite, encore que.... :-\ .

Hors ligne œdicnème

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #19 le: 17 octobre 2015 14:04 »
"room gain" . Pour tout vous dire je trouve ce terme mal choisi , il n' exprime pas bien le problème de la gestion des basses fréquences .

Exactement. Le terme est trompeur.

Hors ligne wakup2

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #20 le: 07 janvier 2016 09:06 »
La réponse modale de la salle ne fait pas partie du room gain, c'est un phénomène diffèrent.

Hors ligne Rascalito

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #21 le: 07 janvier 2016 10:36 »
Citer
La réponse modale de la salle ne fait pas partie du room gain, c'est un phénomène diffèrent.

Salut, quel phénomène différent d'une (ou des) réflexions d'onde peut expliquer un gain?


Hors ligne wakup2

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #22 le: 07 janvier 2016 17:53 »
Ca c'est le room gain

Aux très basses fréquences, les murs chargent le haut parleur,
 formant comme un effet pavillon, selon le placement des hp, lié au rétrécissement de l'angle solide de rayonnement. 

   

 de là l'idée tester les sub dans les coins pour maximiser l'efficacité.

  https://sites.google.com/site/francisaudio69/3-la-piece-d-ecoute/3-4-ou-placer-les-enceintes
 


en pratique, on observe une réponse montante en basse fréquence a cause du rayonnement dans un angle plus étroit en rapport a la longueur d'onde bien sur, en dessous de 100Hz et dans une salle de volume "standard" le rayonnement sera bien inférieur à 2pi et plus les longueur d'ondes sont grandes et la fréquence basse et plus le rayonnement se resserre, il est courant d'arriver a un rayonnement en dessous de 1pi voir 1/2pi en très basses fréquence dans un volume standard.
C'est pour cela que par rapport a une simulation en 2pi on observe une réponse naturellement montante qui commence en dessous de 150/200Hz, la fréquence dépend du placement, de la forme et du volume de la salle.

le room gain ne doit pas être compensé pour avoir un bon équilibre tonal.


Le fonctionnement modale de la salle est très diffèrent et néfaste, résonances et mauvaise répartition des modes trop peux nombreux et non diffus et homogène.... la réponse globale salle/enceinte présentera de gros "creux" et "bosses" a cause de cette faible densité de mode et de leur mauvaise répartition.

On peut aussi évoquer un autre problème, le SBIR (Speaker Boundary Interference Response) qui dépend du placement de l'enceinte par rapport au parois, et la on comprend pourquoi on fait du Inwall  ;D

Hors ligne jaffar

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #23 le: 07 janvier 2016 20:10 »
   Tout cela est peut être vrai avec une armoire normande calée contre un mur ou dans un angle de pièce , mais avec des enceintes de dimension plus passe partout et éloignées à minima des parois ? Et puis il faudrait détailler l' histoire de la réponse montante . Merci .

Hors ligne wakup2

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #24 le: 07 janvier 2016 20:39 »
même éloignée des parois tu aura du room gain, c'est juste un rapport avec la longueur d'onde  ;) alors certes l'effet se produira légèrement plus bas en fréquence mais en dessous de 100Hz le rayonnement ne peut se faire en 2pi même dans une belle pièce.

pour la réponse montante tu pourra trouver des documents ou autre qui la montre.

regarde ici par exemple, 2ème et 3ème graphe

http://lafontaudio.com/courbe-X.htm

Hors ligne Rascalito

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #25 le: 08 janvier 2016 06:00 »

Ben justement, s'il se fait en 4Pi au lieu de 2 Pi, c'est l'inverse d'un gain, le signal est atténué. Et par ailleurs si on s'éloigne des parois (et du plafond!!) Quel phénomène pourrait alors bien entrer en jeu?
Dans ceux que je discerne, effet de baffle et directivité jouent en faveur d'une atténuation si je ne me trompe.
Seule le phénomène de réflexion, que ce soit par un effet de coin (peut on rapprocher cela d'un pavillon dans une certaine mesure?) ou par la création d'une onde stationnaire me paraissent pouvoir contribuer à un gain.
Peut-être une absorption plus importante des matériaux usuels dans les aigus? Mais traduit autrement, ça veut dire que les graves sont plus réfléchis et pour cela il faut aussi qu'il y ai donc réflexion.
Je t'invite à y réfléchir :) (réflexion?  ;) )  On pourrait écrire un roman là dessus... et surtout à ne pas écarter trop rapidement les modes propres à la résonance des pièces: ils paraissent bien intimement liés au phénomène du room gain...



Hors ligne wakup2

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #26 le: 08 janvier 2016 13:10 »
Non c'est l'inverse, le "cône" de rayonnement se resserre, le rayonnement sera inférieur a 2Pi en basses fréquence, voir même inférieur a 1pi en très basses fréquences.
En extérieur il est déjà très compliqué d'être en vrai 4pi en basse fréquence a cause du sol, a moins de surélever suffisamment l'enceinte....
Pour ce qui est de s'éloigner des parois, tout dépend des dimensions dont on parle ici qui sont en relation direct avec les longueurs d'onde en jeux.

L'effet de baffle fera bien évidemment l'effet inverse, passage d'un rayonnement 2pi en 4pi, mais comme dit au dessus, tout dépend des fréquences et longueurs d'onde en jeux, et la encore c'est la proximité des parois en rapport aux longueurs d'onde qui fixera les limites, en basses fréquence la directivité sera limité par les parois et ne peut se faire en 4pi, et même pas en 2pi, cette transition se fera surtout dans le bas medium/medium en fonction des dimension de l'enceinte.

Mais tu peut trouver de petits logiciel qui simul le room gain, l'effet de baffle et même les modes  ;D

regarde ça par exemple

http://audio.claub.net/software/jbabgy/BDBS.html

Pour ce qui est des réflexion et de l'absorption, si tu fait le test dans une salle ayant un Tr et une absorption constante et linéaire en fonction de la fréquence tu obtiendra le même résultat, par contre dans l’aiguë ca va "chuter" comme sur une courbe Iso X.
En basses fréquences on amortira plus difficilement effectivement, mais il ne faut pas oublier que le gain du a un mode sera positionné sur une zone très sélective en fréquence, et c'est surtout la superposition de plusieurs mode qui contribuera au gain, par contre, au contraire, tu observera aussi beaucoup de "creux" a cause de la trop faible densité des modes.... au final le fonctionnement modale de la salle n’élèvera pas tant que cela la réponse global dans les basses fréquence et c'est même parfois l'inverse (faible densité modale).

Après effectivement que tout cela ce combine (room gain+réponse modale+SBIR) et qu'il y'a un lien important (dimension et volume de salle absorption et placement) mais le room gain a proprement parler doit être pris à part  ;)

Hors ligne Rascalito

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #27 le: 08 janvier 2016 17:16 »
Citer
Non c'est l'inverse, le "cône" de rayonnement se resserre, le rayonnement sera inférieur a 2Pi en basses fréquence, voir même inférieur a 1pi en très basses fréquences.

Je ne demande qu'à te suivre mais ce dont tu parles ressemble à l'effet de mur ou l'effet de coin...  C'est à dire à de la réflexion. Je vois mal le rayonnement d'une enceinte se resserrer avec la fréquence par l'opération du saint-esprit...  Et comme tu as un mur, y'a toutes les chances qu'il y en ai un autre pas loin...  :) En tout cas on fait pas la Hifi le long d'un mur de prison...  ;D

Ceci dit, je m'interroge tt de même sur l'audibilité des modes. Il parait que l'on discerne plus les pics que les creux... ça contribue peut-être aussi à avoir un effet de "boost" dans les graves??



 

Hors ligne wakup2

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #28 le: 08 janvier 2016 20:16 »
effet de mur, effet de coin, room gain...... je pense que tout dépend de la définition que l'on donne au mots que l'on utilise.
Réflexion, pas vraiment le terme adequat, le SBIR c'est purement de la réflexion et ça interviens un peut plus haut en fréquence, avec les interférence qui en découle, la c'est juste que l'onde sphérique ne peut pas se déployer sur 360°, l'angle de rayonnement est largement rétrécis par la proximités des mur comme sur le lien donné par Jimbee, je rappel qu'a 50Hz la longueur d'onde est de 6.80m.

Pour la hifi, ce qui pose le moins de soucis c'est de faire du in-wall si on peut, il n'y a que des avantages, notamment au niveau du SBIR et du gain sans l'effet de baffle.

Pour les modes, effectivement on entend surtout les bosses qui masque tout le reste et d'autant plus lorsque le traînage est excessif, c'est le gros soucis des modes et c'est pour cela que le rapport des dimension de la salle est important pour que le peut de mode qu'il y'a soit bien répartie, dans les salle de bonne dimension, les modes sont repousser plus bas en fréquences et dans les très grande salle il n'y a plus de modes  ;)

Hors ligne jaffar

niveau des subs vs tête, room gain vs plein air
« Réponse #29 le: 08 janvier 2016 21:52 »
    Je suis capable de mesurer un baffle-step typique de 6 dB sur un hp de grave dans 20 m^2 . C' est donc bien que mon hp rayonne sur 4 pi aux fréquences graves et qu' une grande longueur d' onde peut s' y déployer . Bien sur si je pose ledit hp au ras du sol comme le font la plupart des amateurs de "bahut breton" ( je vais encore me faire des copains  ;D ) cela va changer son mode de rayonnement , c' est une évidence .

   Pour moi ce fameux "room gain" n' est qu' un point particulier de l' étude du mode de rayonnement d' un hp dans SON environnement ( à opposer à un milieu anéchoïque ) et dont les applications classiques sont effectivement le "in wall" façon cinéma mais aussi EMP ( enceinte murale plate ) de JM Reynaud , ou les Klipschorn . Les caissons de basse avec hp qui rayonne vers le sol sont un autre exemple  . 

   Dès que l' on éloigne un tant soit peu les hps des parois j' ai beaucoup de mal à différencier room gain et réponse modale . 

    Et puis SBIR c' est quoi ?  ???