Auteur Sujet: Démo de Sphères wek-end 1er et 2 Mars 2014 à NANTES  (Lu 9542 fois)

Hors ligne œdicnème

Démo de Sphères wek-end 1er et 2 Mars 2014 à NANTES
« Réponse #15 le: 17 mars 2014 02:02 »
Après vérification, le distingo que j'ai établi entre "définition" et "résolution" me paraît fallacieux
Selon le dictionnaire lexicographique du CNRTL,

définition :
f
inesse de précision dans la transmission d'une image (analysée en points)

résolution :
aptitude à évaluer la plus petite dimension visible.

En fait, par "résolution", je pensais à quantité totale d'informations transmises,
domaine où les sphères excellent.

Je trouvais aussi que le mot sonne mieux  que "définition" et puis...
je ne pouvais me soustraire à l'irrésistible jeu de mots qu'il suscite avec les sphères.




La leçon que je retire de mes rencontres avec les forumeurs, c'est que les conceptions de ce que doit être une reproduction sonore varie beaucoup de l'un à l'autre.

Pour certains, le bas medium doit être capable de vous "mettre par terre"', un bon 25 cm fait ça très bien.

Pour d'autres, le grave et l'extrême grave doivent avoir une distorsion minimale :
passage obligé par de gros volumes en BR.

Pour d'autres, dans le même secteur, c'est la réponse transitoire qui doit être impeccable :
du clos pour M. le processeur... 

Il y a des différences énormes entre les niveaux moyens préférés, et j'ai les plus sérieux doutes sur ce que "niveau moyen" représente une valeur égale d'un individu à l'autre. Par exemple, quand je regarde la télévision, je règle naturellement le niveau à environ 10 dB en dessous de celui que beaucoup pratiquent.     

Il s'est dit récemment sur ce forum et à juste titre, que la zone medium aigu était finalement un sujet peu discuté chez les audiophiles. C'est assez curieux car c'est cette zone qui donne des images sonores dans l'espace. Pour moi, c'est  mon critère prioritaire. 

Pour Almat, il y a l'ambition d'être presque à la place du chef d'orchestre. J'ai vécu ça en réel, tout près de  Zubin Mehta lors de répétitions. Etre plongé ainsi dans la musique est une sacrée sensation, assez physique même sur les passages sans graves  ! Mais y-a-t-il beaucoup d'enregistrements spécifiquement réalisés pour reproduire un tel effet ?

Est-ce une réproduction réaliste d'être comme si on était à la place du chef d'orchestre  ?
Oui si l'on considère que c'est toute la puissance sonore de l'orchestre que l'on doit ressentir.
Non, si l'on consifère que la musique est conçue pour être écoutée comme un tout, avec un peu de recul, à une dizaine de mètre ou plus.
Pour moi, la notion de réalisme reste propre à chacun.

Citation de: Almat
Il ne faut pas avoir peur d'aller à la limite d'un système, c'est précieux d'enseignements.

A fort niveau, la réponse en fréquence de l'oreille se linéarise et les défauts d'une enceinte se détectent plus facilement. Mais je dois dire que pour moi, c'est comme les véhicules dont je dispose, je ne pousse pas mes systèmes à la limite.

Mais les faibles, voire très faibles niveaux, ont aussi des aptitudes révélatrices :
le relief sonore disparaît avec certaines enceintes
C'est à très faible niveau que j'ai découvert avant qu'elle ne soit connue, une enceinte  qui a comencé sa carrière par ouï-dire, sans publicité car non destinée au marché amateur, fort chère et qui est devenue par la suite celle dont on a le plus parlé dans l'univers audio pendant une vingtaine d'années. Un petit miracle.
Et si maintenant, je vous dis que les sphères partagent avec elle une certaine parenté de conception...



Hors ligne DJEvol

  • Funktion One adict
  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 284
  • Total likes: 0
  • "Démesuré" (c'est pas moi qui l'ai dit)
Démo de Sphères wek-end 1er et 2 Mars 2014 à NANTES
« Réponse #16 le: 17 mars 2014 12:47 »
Ben en tout cas a vous lire ca donne envie d'écouter!

Hors ligne almat

Démo de Sphères wek-end 1er et 2 Mars 2014 à NANTES
« Réponse #17 le: 17 mars 2014 13:37 »
Mais y-a-t-il beaucoup d'enregistrements spécifiquement réalisés pour reproduire un tel effet ?

Je me pose la question inverse.  :)
Vu la position des micros qui ne sont jamais à 10m dans la salle ...

En fait il me semble qu'on ne peut pas faire une fixette sur le comment on DOIT ou DEVRAIT écouter du classique.
Je ne vois rien qui peut permettre d'affirmer que ça devrait être 5ème rang fauteuil 56 plutôt qu'à la place de Mehta.
Il suffit d'écouter le célèbre "Tableaux d'une Exposition" version NRDS Levine avec les timbales très en avant, est-ce vraiment une écoute "normale / réaliste" ?
C'est comme on veut tant qu'on a du plaisir, et le système doit suivre les désirs de l'auditeur, je pense que ce n'est pas monnaie si courante.

Autre exemple le violoncelle d'Emmanuelle Bertrand dont la prise est amha proche voire très proche vu le niveau sonore de chaque respiration de l'artiste
idem avec "Les Furies" et le violon de Radulovic, on l'entend distinctement respirer et taper du pied.
« Modifié: 17 mars 2014 14:20 par almat »

Hors ligne œdicnème

Démo de Sphères wek-end 1er et 2 Mars 2014 à NANTES
« Réponse #18 le: 17 mars 2014 15:30 »
Mais y-a-t-il beaucoup d'enregistrements spécifiquement réalisés pour reproduire un tel effet ?

Je me pose la question inverse.  :)
Vu la position des micros qui ne sont jamais à 10m dans la salle ...

Y-a-t-il, parmi les multiples micros servant à la prise de son d'un orchestre symphonique, un qui soit à la position du chef ?  :) :)

Citer
En fait il me semble qu'on ne peut pas faire une fixette sur le comment on DOIT ou DEVRAIT écouter du classique.

En même temps, on ne peut exclure que le responsable (technicien et artiste à la fois) d'un enregistrement doive avoir une position (mot pris au sens large) autrement dit un parti-pris esthétique pour le produit qu'il doit livrer. Celui des "Tableaux" par Levine sur le CD-NRDs est un exemple parfait, il y a une incontestable volonté de faire spectaculaire, certains mélomanes en font d'ailleurs le reproche au chef-ingé-son.

Pour délirer un peu, on pourrait imaginer l'existence pour un même concert de plusieurs enregistrements différents réalisés en fonction de la façon dont les auditeurs vont les écouter chez eux.
« Modifié: 17 mars 2014 16:15 par œdicnème »

Hors ligne almat

Démo de Sphères wek-end 1er et 2 Mars 2014 à NANTES
« Réponse #19 le: 17 mars 2014 16:45 »
Y-a-t-il, parmi les multiples micros servant à la prise de son d'un orchestre symphonique, un qui soit à la position du chef ?  :) :)

Ca c'est un truc pour Jimbee ... ;)

Citer
En même temps, on ne peut exclure que le responsable (technicien et artiste à la fois) d'un enregistrement doive avoir une position (mot pris au sens large) autrement dit un parti-pris esthétique pour le produit qu'il doit livrer. Celui des "Tableaux" par Levine sur le CD-NRDs est un exemple parfait, il y a une incontestable volonté de faire spectaculaire, certains mélomanes en font d'ailleurs le reproche au chef-ingé-son.

Ingé-son, chef d'orchestre, ou producteur ?
Je suppose que chacun doit avoir son mot à dire ...

Citer
Pour délirer un peu, on pourrait imaginer l'existence pour un même concert de plusieurs enregistrements différents réalisés en fonction de la façon dont les auditeurs vont les écouter chez eux.
On pourrait pousser le bouchon plus loin.
Un truc du genre rang 5 place 56 ou balcon à droite, les cuivres pas trop fort je n'aime pas ça ou les 1er violons plus à droite ...
Imaginons la Symphonie Fantastique sans timbales ...
 ;)

Hors ligne Audioforall

  • Administrateur
  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 2895
  • Total likes: 2
  • Admin si je peux !
Démo de Sphères wek-end 1er et 2 Mars 2014 à NANTES
« Réponse #20 le: 17 mars 2014 18:13 »

On pourrait pousser le bouchon plus loin.
Imaginons la Symphonie Fantastique sans timbales ...
 ;)

Sans le bouchon, il faudrait boire directement à la bouteille sans timbale.
Pense à prendre des gobelets la prochaine fois  ;D ;D ;D

Hors ligne œdicnème

Démo de Sphères wek-end 1er et 2 Mars 2014 à NANTES
« Réponse #21 le: 17 mars 2014 19:26 »
Ingé-son, chef d'orchestre, ou producteur ?
Je suppose que chacun doit avoir son mot à dire ...

C'est comme pour un film,  un travail collectif sous la direction d'un maître d'œuvre (équivalent à un réalisateur) lequel a au dessus de lui un producteur (le mot est le même pour les deux disciplines), lequel producteur doit rendre des comptes à des financiers.

Il doit bien y avoir quelque part un organigramme complet, avec toutes les étapes, de la production d'un enregistrement diffusé commercialement ou encore quelqu'un capable de mieux nous (m') instruire.