Auteur Sujet: mon bazar à moi que j'ai  (Lu 7356 fois)

Hors ligne herve00fr

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 117
  • Hervé.
mon bazar à moi que j'ai
« le: 03 octobre 2015 10:05 »
Bon alors, voila avec quoi j'écoute de la musique :

Sources :

Platine Thorens TD316, bras Rega, cellule Shure V15-5 xmr, j'achète mes diamants au Japon.
Préampli RIAA custom entrée en courant, ampli op opa134
Tuner Denon tu235
Lecteur CD Denon dcd 735
PC mini 9 Dell, disque dur, Foobar, usb->spdif m2tech
DAC SRC 2496

Préampli custom, selection par relais

Filtrage : dcx2496 modifié + volume 4 voies, ou filtrage actif analogique custom + volume 4 voies + retard analogique par ligne LC

L'alimentation de la ligne à retard, du filtre, préampli et riaa est commune.

Ampli grave : ampli de tension classe B inverseur ~100W/8ohm  custom, entrée jfet, sortie bipolaire
Ampli aigu :  ampli à transconductance classe A inverseur ~5W/8ohm custom input jfet, output bipolaire, liaison hp  AC, alimentation par chargeur de pc portable Dell 19,5V.

Câble grave : coax basse impédance klotz ly225 (sortie ampli sur embase RCA)
Câble aigu : paire torsadée

HP grave TAD tl1603 enceinte close 250l remplie au 3/4 de laine de roche
HP aigu TAD td2001 audiopavillon jmlc320 en staff

A faire (dans le désordre) :
. préampli riaa en discret
. version définitive (ahahah) du filtre
. versions plus propres des amplis
. filtrage numérique ?

A plus,   Hervé.

Hors ligne œdicnème

  • Surveillés
  • Membre Habitué
  • *
  • Messages: 1247
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #1 le: 08 octobre 2015 12:21 »
Bon alors, voila avec quoi j'écoute de la musique :

Sources :

Platine Thorens TD316, bras Rega, cellule Shure V15-5 xmr, j'achète mes diamants au Japon.
Préampli RIAA custom entrée en courant, ampli op opa134
Tuner Denon tu235
Lecteur CD Denon dcd 735
PC mini 9 Dell, disque dur, Foobar, usb->spdif m2tech
DAC SRC 2496

Préampli custom, selection par relais

Filtrage : dcx2496 modifié + volume 4 voies, ou filtrage actif analogique custom + volume 4 voies + retard analogique par ligne LC

L'alimentation de la ligne à retard, du filtre, préampli et riaa est commune.

Ampli grave : ampli de tension classe B inverseur ~100W/8ohm  custom, entrée jfet, sortie bipolaire
Ampli aigu :  ampli à transconductance classe A inverseur ~5W/8ohm custom input jfet, output bipolaire, liaison hp  AC, alimentation par chargeur de pc portable Dell 19,5V.

Câble grave : coax basse impédance klotz ly225 (sortie ampli sur embase RCA)
Câble aigu : paire torsadée

HP grave TAD tl1603 enceinte close 250l remplie au 3/4 de laine de roche
HP aigu TAD td2001 audiopavillon jmlc320 en staff

A faire (dans le désordre) :
. préampli riaa en discret
. version définitive (ahahah) du filtre
. versions plus propres des amplis
. filtrage numérique ?

A plus,   Hervé.

Salut Hervé,

Quelques aspects ne sont pas très communs, je les ai mis en gras dans la citation:

retard analogique par ligne LC
En audio, on en a vu parfois sur quelques enceintes, Elipson, Wharfedale, récemment chez Atohm (chez ce dernier, c'est plus qu'approximatif par rapport à l'effet escompté, selon Francis Brooke).
Au niveau du signal ligne, je n'en ai jamais vu.

Préampli RIAA custom entrée en courant, ampli op opa134
Il faut alors prendre en compte la modification de la courbe de réponse par rapport à l'attaque classique qui se fait en tension.

Coax basse impédance klotz ly225 (sortie ampli sur embase RCA)
A 2€50 environ le mètre, le prix n'est pas fait pour garantir une retraite dorée aux marchands de câbles.
http://shop.klotz-ais.com/quickorder/artikelpdf/LY2__f.pdf
L'image de la documentation n'est pas explicite de la constitution exacte.
Rare : branchements vers les HP par connexions RCA.

J'accueillerais avec plaisir plus de détails.

A+
« Modifié: 08 octobre 2015 14:07 par œdicnème »

Hors ligne herve00fr

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 117
  • Hervé.
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #2 le: 08 octobre 2015 22:38 »
Salut œdicnème,

Retard analogique :
La motivation était d'avoir tout le filtrage, et donc le retard des filtres QO, analogique.
Un détail a ici son importance: mon médium aigu est pavillonné, du coup la source est située ~45-50cm derrière le grave soit retardée de plus d'1,2 ms.
La conséquence est que je dois retarder le grave et non l'aigu qui l'est déjà (trop) naturellement.
Comme toute ligne à retard analogique est un filtre passe bas (où le retard est le temps de propagation de groupe du filtre), il est beaucoup plus facile de le faire pour le grave que pour l'aigu.
L'idéal est d'avoir beaucoup de cellules individuelles LC pour avoir un filtre d'ordre élevé, ça permet de maximiser le rapport entre le retard et le temps de montée min du signal que la ligne acceptera.
J'ai utilisé des inductances à mode commun Wurth de 2*10mH bobinées sur tore ferrite (dispo chez Radiospares) elles ne sont pas très précises mais la résistance DC est très faible, ~10mohm, et elles sont capables d'encaisser un courant énorme, ce qui ne parait pas important au départ vu le niveau de signal, mais permet d'avoir une valeur d'inductance fixe pour les courants (~mA) en jeu.
En mettent les 2 selfs en série, comme elles utilisent le même tore, l'inductance est quadruplée (soit 40mH par cellule)
Le temps de propagation d'une cellule LC est : t = racine(L*C)
La ligne est adaptée aux 2 extrémités sur son impédance caractéristique Z = racine(L/C), le signal est amplifié d'un facteur 2 ensuite pour rattraper la perte d'insertion et sortir sous basse impédance.
A titre d'exemple, pour un retard d'1ms, C devrait valoir 51,7nF (il en faut 22) et l'impédance vaut ~880 ohm.
Je n'ai pas fait de mesures de distorsion (c'est pas bien !), mais au scope, on ne voit pas de différence entre l'entrée et la sortie, à part le retard.
A la mesure comme à la simulation, il y a une différence entre le calcul (1ms) et le résultat (~955µs) du au fait qu'il n'y a pas encore assez de cellules, si bien qu'il faut retoucher la valeur des capa.
On voit sur la simulation AC que pour R ~1ms, la ligne est utilisable jusqu'à plus d'1kHz;
Sur la simu transitoire, j'ai filtré l'entrée à 1kHz pour ne pas avoir de rebonds dus à la présence de hautes fréquences, on voit que la sortie de la ligne n'est pas très éloignée du vrai retard.

A suivre,   Hervé.

Hors ligne herve00fr

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 117
  • Hervé.
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #3 le: 08 octobre 2015 23:49 »
Préampli RIAA.

Citer
Il faut alors prendre en compte la modification de la courbe de réponse par rapport à l'attaque classique qui se fait en tension.

Yes.

La principale motivation de cette config est d'avoir une liaison très basse impédance entre la cellule et le préampli pour améliorer la robustesse de la liaison aux perturbations extérieures, minimiser la diaphonie (tension nulle dans les câbles) et de minimiser le bruit.
Au premier ordre, la cellule est un inductance (mesurée à 418mH) en série avec une résistance de ~1kohm, elle constitue un filtre passe bas dont il faudra tenir compte pour la correction RIAA.
La correction riaa est constituée du réseau R2 R3 R4 R5 et C1 C2. L'ampli U2 rajoute du gain et re-inverse le signal, l'ampli U3 est un DC servo qui maintient un offset nul en sortie (S2).
La source E2 est là à but de comparaison entre la sortie du préampli et la réponse riaa théorique.
L'inconvénient de la config est que le préampli est configuré pour une cellule et n'est pas universel comme dans le cas d'une attaque en tension.
Ma crainte était que l'inductance de la cellule varie avec le niveau, mais ce n'est pas le cas, pour les tensions usuelles (qq mV à 1kHz, qq dizaines de mV à 50Hz) les courants sont faibles et je n'ai pas vu de variation d'inductance.
Le préampli est logé dans une boîte à gâteaux en fer blanc (meilleure protection contre les champs M basses fréquences)
Le circuit imprimé est un 2 couches avec plan de masse complet en top, fixé au coffret par des colonnettes métalliques.
Les embases RCA sont montées sans isolant et la peinture extérieure a été grattée pour une bonne connexion à la masse du coté extérieure du boîtier.
Le circuit imprimé est donc relié à la masse par plusieurs connexions : 4 colonnettes,  masse des embases de sortie, masse de l'alimentation (connectée au boîtier à l'entrée), masse des connecteurs d'entrée.
L'alimentation +/- 15V vient du préampli, et suit donc le trajet inverse du signal.
L'ampli op utilisé (opa134, jfet en entrée) n'est pas vraiment l'idéal pour le bruit, l'impédance de la source étant assez faible (R ~1kohm), un bipolaire serait peut être meilleur, mais des essais avec des AD797 n'ont pas été très fructueux.

A suivre,    Hervé.


Hors ligne herve00fr

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 117
  • Hervé.
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #4 le: 09 octobre 2015 00:06 »
Photo du retard analogique :

Boîte à gâteaux (Delacre) en fer blanc.
Embases RCA et alim connectées au boîtier.
Le nombre de cellules (22) est seulement du au fait que le soft CAO pcb utilisé à l'époque avait un nombre limité de connexions permises.
Il y a 2 caps par cellule, montées sur support.
Le retard est le dernier maillon avant l'ampli de grave, il est connecté directement à l'alim, une autre embase est utilisée pour alimenter le maillon précédent (filtre), de telle sorte que l'alimentation et le signal suivent le même trajet en sens inverse.
L'idéal serait que le retard soit alimenté par l'ampli de grave, c'est pour la prochaine version de l'ampli.

A suivre,     Hervé.

Hors ligne herve00fr

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 117
  • Hervé.
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #5 le: 09 octobre 2015 00:35 »
Coax basse impédance klotz ly225 (sortie ampli sur embase RCA)

Citer
A 2€50 environ le mètre, le prix n'est pas fait pour garantir une retraite dorée aux marchands de câbles.

C'est clair.

Le but est d'utiliser un câble basse impédance, ici elle vaut entre 16 et 20 ohm, les docs donnant des valeurs différentes de capa linéique pour le même câble (!) et de profiter de l'immunité du coax contre les perturbations EM.
Le câble étant coaxial, il est naturel d'utiliser une embase coaxiale, l'embase utilisée (masse connectée directement au boitier en laiton) est donnée pour 5 A. Vu les niveaux de tension relevés en sortie, il y a de la marge.
J'avais mis en ligne des tests de câbles basse impédance, sur feu le phorum (!), ce coax était parmi les meilleurs, dépassés seulement par les connexions constitués de plusieurs câbles (coax 50ohm ou paires torsadées de 110 ohm) en parallèle moins sujet à l'effet de peau.
Ceci dit les différences étaient de l'ordre du pouillème uniquement perceptibles par les chauves souris.

Mon seul regret est de ne pas avoir pu mettre le câble dans une boîte à gâteaux en fer blanc....

A plus,    Hervé.

Hors ligne Vic

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 430
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #6 le: 09 octobre 2015 10:51 »
Salut Hervé

Je suis réellement impressionné par ton savoir et tes réalisations parfaitement fonctionnelles que tu prends soin de détailler…
Si j’ai bien compris que tu affines et modifies occasionnellement tes réalisations pour les améliorer, je cherche à comprendre pourquoi tu utilises uniquement pour habillage, des boites à gâteaux en fer blanc ?

Certes, c’est un détail cosmétique mais comme il existe des boîtiers vides étudiés pour ce genre de réalisations, cela aurait un peu plus de gueules, non ?

Peut-être une addiction gourmande…Ou le souvenir de l’éternel et même boite à gâteau chez son adorable grand-mère…   :)

Hors ligne Audioforall

  • Administrateur
  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 2826
  • Admin si je peux !
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #7 le: 09 octobre 2015 11:27 »
Salut Hervé,
Idem pour les réalisation, c'est du grand art diy !
Pour les boites en fer blanc, rien ne vaut une bonne boite de gâteau, pour le goût et pour la taille.
Une petite mise en boite : https://www.google.fr/search?q=boite+en+fer+electronique&hl=fr&biw=1920&bih=953&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0CCIQsARqFQoTCPjTtuOJtcgCFUvbGgod-JgMlQ
« Modifié: 09 octobre 2015 11:30 par audioforall »

Hors ligne herve00fr

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 117
  • Hervé.
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #8 le: 09 octobre 2015 12:44 »
Salut Vic, Audioforall,

Je n'utilise pas que des boîtes de gâteaux, avec le transfo de 300VA, ça fait un peu short !
Le préampli et les amplis sont dans des boîtes constituées de 3 faces (avant, arrière et fond) en laiton brasées à l'étain entre elles, 2 joues en bois (parquet châtaignier) et un dessus en plexi percé pour l'évacuation des calories et pour régler les résistances ajustables sans ouvrir le bestiau.
Sinon, la boîte en fer est vraiment l'idéal pour recevoir de l'électronique bas bruit, il faut simplement veiller à gratter la peinture pour que le couvercle fasse son office de blindage. Je mets aussi un cordon de soudure sur l'arête interne inférieure pour assurer un bon contact entre le fond et le reste.

Pour la gueule, chacun ses gouts, j'aime assez le concept d'une électronique un peu performante dans un coffret qui ne paie pas de mine (ceci dit, j'ai de belles boîtes à gâteaux, mon entourage me les garde), ça change des amplis avec face avant de 10mm d'épaisseur en rhodium fritté dorée par une vierge une nuit de pleine lune.

A plus,   Hervé.

Hors ligne Audioforall

  • Administrateur
  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 2826
  • Admin si je peux !
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #9 le: 09 octobre 2015 13:00 »

Pour la gueule, chacun ses gouts, j'aime assez le concept d'une électronique un peu performante dans un coffret qui ne paie pas de mine (ceci dit, j'ai de belles boîtes à gâteaux, mon entourage me les garde), ça change des amplis avec face avant de 10mm d'épaisseur en rhodium fritté dorée par une vierge une nuit de pleine lune.

"Gueule" prend un double sens et quelques petits biscuits en écoutant de la musique ne se refusent pas.
En plus, on peut toujours repeindre ses boites pour les fondre (attention le chocolat) avec le décor.
Je vais y penser pour une prochaine mise en boit(i)e(r).

Hors ligne œdicnème

  • Surveillés
  • Membre Habitué
  • *
  • Messages: 1247
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #10 le: 14 octobre 2015 13:06 »
Merci à Hervé pour tous ces détails.

A l'évidence, la préoccupation première, c'est la qualité de transmission du signal avec l'adoption de techniques utilisées en laboratoire pour le protéger tant vis à vis de lui-même (prise en compte de l'impédance caractéristique des liaisons) que des agents corruptifs de l'environnement électro-magnétique.
Négliger cet aspect essentiel de la construction électronique ne peut que compromettre les performances des circuits, aussi sophisitiqués soient-ils. 

Préampli RIAA


L'entrée à basse impédance amortit fortement la résonance en fin de bande de la cellule phono à aimant mobile. Selon Michael Renardson, cette résonance aurait un sérieux impact sur le rendu sonore, sa cellule préférée étant la Technics EPC205C-Mk3 où le problème de cette résonance serait résolu mécaniquement.

Une charge ohmique faible est apte à donner un amortissement important au point qu'il participe à la correction RIAA. Dans ces conditions, les cellules à aimant mobile se montreraient supérieures à celles à bobine mobile,
leur masse en mouvement étant plus faible.

Le câblage ne suit pas le vieux et trop fameux et concept dit de "masse en étoile" mais vise à respecter celui de l'équipotentialité, c'est à dire que tous les points de masse du circuit soient au même potentiel en rendant l'impédance entre ceux-ci la plus faible impédance possible.   

A bien noter que, dans cet esprit, les RCA ne sont pas isolées. Perso, j'ai tendance à rapprocher les entrées des sorties.

La boîte à biscuits en fer blanc fait bien sûr sourire mais on en trouve à la tonne (des boîtes, pas des biscuits) en plus petites dimensions, dans les électroniques "sensibles" et/ou à fréquences élevées.
     
Question prises, la photo montre ce qui ressemble bien à un socle DIN à cinq broches ! J'ai l'impression que c'est la connexion de l'alimentation. Je fais de même, avec des vérouillables.

Citer
L'ampli op utilisé (opa134, jfet en entrée) n'est pas vraiment l'idéal pour le bruit, l'impédance de la source étant assez faible (R ~1kohm), un bipolaire serait peut être meilleur, mais des essais avec des AD797 n'ont pas été très fructueux.

A la place des OPA134, je verrais comme bon candidat des OPA627/637, de prix rolls pour des AOP.
Sinon, qu'est qui ne "fructifiait" pas avec le 797 ? De ce que l'on en dit, il serait assez sensible à la mise en œuvre, du moins pour les premières séries commercialisées.

« Modifié: 14 octobre 2015 13:15 par œdicnème »

Hors ligne herve00fr

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 117
  • Hervé.
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #11 le: 15 octobre 2015 00:33 »
Salut,

Citer
Une charge ohmique faible est apte à donner un amortissement important au point qu'il participe à la correction RIAA.

Oui.
En fait j'avais ce projet depuis pas mal de temps et la lecture de l'article de Bob Cordell dans linear audio, où il utilise l'inductance de la cellule pour le second pôle (75µs) de la correction riaa, l'a remis en haut de la liste.
La fréquence de coupure donnée par le circuit RL de la cellule est d'environ 390Hz, j'ai songé un moment à ajouter une résistance série pour baisser la fréquence, mais le bruit aurait augmenté.
J'ai préféré faire un circuit un peu plus compliqué qui tient compte du passe bas de la cellule pour la correction riaa, d'ailleurs si quelqu'un est intéressé, je peux donner une feuille qui fait le calcul à partir des valeurs R et L de la cellule.

Citer
A bien noter que, dans cet esprit, les RCA ne sont pas isolées. Perso, j'ai tendance à rapprocher les entrées des sorties.

Une embase coaxiale devrait toujours avoir sa "masse" reliée au boîtier, sinon c'est un point d'entrée pour les perturbations. Dans le préampli ligne et dans les amplis les entrées/soties sont proches mais dans les électroniques très bas niveau, comme le riaa, je conseille plutôt de séparer et d'avoir les entrées d'un coté et les sorties et l'alim de l'autre, toujours dans l'esprit d'avoir le trajet du signal et de l'alim en sens inverse.

Citer
La boîte à biscuits en fer blanc fait bien sûr sourire mais on en trouve à la tonne (des boîtes, pas des biscuits) en plus petites dimensions, dans les électroniques "sensibles" et/ou à fréquences élevées.

Un boîtier en alu ou en cuivre est complètement transparent aux champs magnétiques basses fréquences, et pour le blindage des électroniques bas niveau, il vaut mieux privilégier une meilleure perméabilité magnétique (fer) qu'une meilleure conduction (cuivre).

Citer
Question prises, la photo montre ce qui ressemble bien à un socle DIN à cinq broches ! J'ai l'impression que c'est la connexion de l'alimentation. Je fais de même, avec des vérouillables.

Ces prise sont très bien pour les alim bas courants, verrouillables c'est encore mieux. Quand je fais un ampli avec alim séparée, j'utilise des xlr.

Citer
A la place des OPA134, je verrais comme bon candidat des OPA627/637, de prix rolls pour des AOP.

Ils sont presque 2 fois moins bruyants que les opa134 et un peu meilleurs en distorsion mais ..... 10 fois plus chers !
Les AD797 sont un peu chatouilleux mais le pb n'est pas là. En fait j'ai mis le DC servo sur le 2nd ampli alors qu'il aurait fallu le faire sur le premier pour utiliser du bipolaire, au pire je pourrais mettre une résistance sur l'entrée positive pour équilibrer, mais au détriment du bruit, bref dans ma config, la sortie d'un aop bipolaire se colle à un rail d'alim et n'en bouge plus !
J'ai oublié de préciser que chaque aop a une capa de découplage, coté soudure, connectée aux pins d'alim. Les seuls capas connectées à la masse sur le pcb sont situées à l'entrée de l'alim.

A plus,   Hervé.

Hors ligne œdicnème

  • Surveillés
  • Membre Habitué
  • *
  • Messages: 1247
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #12 le: 19 octobre 2015 11:22 »
Salut Hervé,


Citer
A bien noter que, dans cet esprit, les RCA ne sont pas isolées. Perso, j'ai tendance à rapprocher les entrées des sorties.

Une embase coaxiale devrait toujours avoir sa "masse" reliée au boîtier, sinon c'est un point d'entrée pour les perturbations. Dans le préampli ligne et dans les amplis les entrées/soties sont proches mais dans les électroniques très bas niveau, comme le riaa, je conseille plutôt de séparer et d'avoir les entrées d'un coté et les sorties et l'alim de l'autre, toujours dans l'esprit d'avoir le trajet du signal et de l'alim en sens inverse.

Je ne conteste pas mais pige mal "l'astuce".

Citer
Un boîtier en alu ou en cuivre est complètement transparent aux champs magnétiques basses fréquences, et pour le blindage des électroniques bas niveau, il vaut mieux privilégier une meilleure perméabilité magnétique (fer) qu'une meilleure conduction (cuivre).

Une information intéressante. Il fut une époque où l'audiophilie préconisait l'alu pour son absence de propriétés magnétiques accusées d'être responsables de déformations (infimes) du signal.
Ceux qui ont essayé de mettre en évidence ces déformations n'y sont pas arrivé,
sauf peut-être avec lorsque le signal passe par des relais.

Un truc qui semble recommandable, c'est de torsader les fils de signal et ceux des + et - des alimentations.

Citer
Citer
Question prises, la photo montre ce qui ressemble bien à un socle DIN à cinq broches ! J'ai l'impression que c'est la connexion de l'alimentation. Je fais de même, avec des vérouillables.

Ces prise sont très bien pour les alim bas courants, verrouillables c'est encore mieux. Quand je fais un ampli avec alim séparée, j'utilise des xlr.

Vaut mieux les prendre alors à quatre ou cinq broches pour ne pas se mélanger les spagettis lors de connexions à des entrées signal en XLR qui n'en ont que trois.

Citer
J'ai oublié de préciser que chaque aop a une capa de découplage, coté soudure, connectée aux pins d'alim. Les seuls capas connectées à la masse sur le pcb sont situées à l'entrée de l'alim.

Pour voir, j'ai fait de même sur un montage, mais avec les capas soudées aux pattes de l'AOP par dessus le boîtier de l'AOP, pour des liaisons encore plus courtes :


 
Ne pas relier les découplages locaux au circuit de masse est une configuration logique, recommandée dans un article traduit dans Radio-Plans  il y a une trentaine d'années et adoptée par Douglas Self... et incomprise par ...

A propos, un PCB est disponible, à prix abordable pour le dernier en date des préamplis (ligne, contrôles de volume et de tonalités, potentiomètres doubles de 4k7 linéaire fournis) de Douglas :

http://www.diyaudio.com/forums/analog-line-level/280458-doug-self-preamp-linear-audio-5-a.html


 
Enfin, c'est l'occasion de signaler pour les amateurs de circuits, d'une configuration intellectuellement excitante (mais pas applicable dans celle d'Hervé) l'utilisation par quelques auteurs du "refroidissement électronique" :
la résistance visible disposée à l'entrée du préampli phono à aimant mobile est de 1 MOhm !
Mais elle n'est pas reliée à la masse  mais à un circuit actif qui la fait apparaître comme une 47 kOhm (ou autre valeur, si on veut).
Résultat : alors qu'on a une valeur de résistance élevée qui est gage de bruit de Johnson, on a avec cette méthode une amélioration du rapport S/B de 1.5 dB.
Etonnant, non ?
« Modifié: 19 octobre 2015 17:14 par œdicnème »

Hors ligne œdicnème

  • Surveillés
  • Membre Habitué
  • *
  • Messages: 1247
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #13 le: 19 octobre 2015 11:32 »


Retard analogique


Boîte à gâteaux (Delacre) en fer blanc.
Embases RCA et alim connectées au boîtier.
Le nombre de cellules (22) est seulement du au fait que le soft CAO pcb utilisé à l'époque avait un nombre limité de connexions permises.
Il y a 2 caps par cellule, montées sur support.
Le retard est le dernier maillon avant l'ampli de grave, il est connecté directement à l'alim, une autre embase est utilisée pour alimenter le maillon précédent (filtre), de telle sorte que l'alimentation et le signal suivent le même trajet en sens inverse.
L'idéal serait que le retard soit alimenté par l'ampli de grave, c'est pour la prochaine version de l'ampli.
A suivre,     Hervé.

Je suppose que l'intérêt de cette multitude de cellules plutôt que le recours à un circuit actif de passe(nt)-tout vise à une possibilité d'ajustement du retard.

Hors ligne œdicnème

  • Surveillés
  • Membre Habitué
  • *
  • Messages: 1247
mon bazar à moi que j'ai
« Réponse #14 le: 19 octobre 2015 11:36 »
Les boîtiers d'ampli

Le préampli et les amplis sont dans des boîtes constituées de 3 faces (avant, arrière et fond) en laiton brasées à l'étain entre elles, 2 joues en bois (parquet châtaignier) et un dessus en plexi percé pour l'évacuation des calories et pour régler les résistances ajustables sans ouvrir le bestiau.
A plus,   Hervé.

Pas besoin d'un blindage aussi sévère que pour les étages bas niveau ?

Cdt.