Auteur Sujet: Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...  (Lu 15200 fois)

Hors ligne larudakote

  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 564
Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...
« Réponse #15 le: 29 septembre 2014 15:34 »
Citation de: œdicnème
Il reste que ta méthode du câblage des masses n'est probablement pas idéale, puisqu'elle donnait des ronflettes avec une seule alimentation.

C'est pour cette raison que, vu le vil prix et la compacité des alim SPMS, je fais dans la dédiée. Ce qui me simplifie la vie (jamais de ronflette).
Pour le reste de tes conseils, j'ai tout essayé y compris câblage en étoile, filtre en pi (qui atténuait le rumble un poil). Il est possible que les modules TDA mono étaient mal conçus pour du multi-canal.
Je penche en général pour une isolation totale des masses E/S, le câblage d'un seul conducteur de masse des entrées asymétriques et, quand c'est possible, une mise à la terre du boîtier (isolé des masses, donc).

Hors ligne œdicnème

  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 1247
Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...
« Réponse #16 le: 29 septembre 2014 16:18 »
Citation de: œdicnème
Il reste que ta méthode du câblage des masses n'est probablement pas idéale, puisqu'elle donnait des ronflettes avec une seule alimentation.

C'est pour cette raison que, vu le vil prix et la compacité des alim SPMS, je fais dans la dédiée. Ce qui me simplifie la vie (jamais de ronflette).

Une alimentation par canal est un plus mais cela ne garantit, même s'il n'y a pas de ronflettes sensibles, un câblage correct des masses. Il y a d'instructives vidéos de Jipihorn sur ce délicat sujet : 

http://jipihorn.wordpress.com/2013/09/23/ronflettes-et-boule-de-masse-phase-neutre-masse-et-terre/
http://jipihorn.wordpress.com/2013/10/08/ronflettes-et-boucle-de-masse-sources-internes/
http://www.youtube.com/watch?v=txIT1JCY-I8

Citer
Pour le reste de tes conseils, j'ai tout essayé y compris câblage en étoile, filtre en pi (qui atténuait le rumble un poil). Il est possible que les modules TDA mono étaient mal conçus pour du multi-canal.
Je penche en général pour une isolation totale des masses E/S, le câblage d'un seul conducteur de masse des entrées asymétriques et, quand c'est possible, une mise à la terre du boîtier (isolé des masses, donc).

C'est un résumé de ce qu'il ne faut pas faire, je n'ai rien conseillé de tout cela.

Hors ligne larudakote

  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 564
Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...
« Réponse #17 le: 01 octobre 2014 16:34 »
Citation de: œdicnème
C'est un résumé de ce qu'il ne faut pas faire, je n'ai rien conseillé de tout cela.

C'est pourtant ainsi que j'ai empiriquement réussi à obtenir les meilleures résultats.
Concernant le câblage d'un seul conducteur de masse d'un câble asymétrique, ça se discute en effet.
Isoler les embases du châssis, je ne vois pas en quoi ça poserait un problème. Le boîtier pouvant alors être considéré comme une "cage" indépendante de son contenu. Comme un certain nombre d'amplis japonais de renom.
Mes Denon POA 800 étaient construits comme ça, sans broncher quel que soit le montage ; y compris de bourrin !

Edit : concernant tes liens qui ont l'air passionnant, je ne peux pas les voir avant ce WE. Mais dans le second j'ai lu les commentaires, notamment le #2 où le gars compte refaire deux blocs mono avec deux alim (sur un kit Selectronic, tiens donc !).
« Modifié: 01 octobre 2014 17:08 par larudakote »

Hors ligne œdicnème

  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 1247
Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...
« Réponse #18 le: 01 octobre 2014 19:13 »
Concernant le câblage d'un seul conducteur de masse d'un câble asymétrique, ça se discute en effet

Despotiquement, je dirais non.
Ca peut parfois se pratiquer en symétrique avec de bonnes raisons à la clé, par exemple d'une sortie symétrique (sur transfo ou "quasi-flottante") d'un appareil pro vers un appareil à entrée dissymétrique.

Citer
C'est pourtant ainsi que j'ai empiriquement réussi à obtenir les meilleures résultats.

Il peut y exister une compensation entre ronflettes, mais, ce n'est pas idéal. A mon avis, il y a probablement un mauvais truc quelque part pour qu'il ait été si ardu à trouver une solution viable au problème.


« Modifié: 01 octobre 2014 19:19 par œdicnème »

Hors ligne larudakote

  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 564
Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...
« Réponse #19 le: 01 octobre 2014 19:56 »
Citation de: œdicnème
Despotiquement, je dirais non.

Hypocritement, je dirais que je ne suis pas certain à 100% d'avoir testé cette solution (je parle seulement du câble RCA). Je comptais la mettre en œuvre dans le prochain projet. J'oublie, on verra alors.

Citer
A mon avis, il y a probablement un mauvais truc quelque part pour qu'il ait été si ardu à trouver une solution viable au problème.

Il est fort probable que le module Selectronic ait été mal conçus dans ce sens. D'autres PCB aussi car j'avais lu pas mal de problèmes à propos de la mise en œuvre du TDA7293 en stéréo ou plus. En revanche, zéro ronflette en mono, quel que soit le montage (alim, connecteurs, etc), quel que soit le PCB. J'en ai même câblé sur plaque à bandes...

Concernant la double alim, je testerai avec une seule les deux LM4780 en attente de réception. J'ai prévu d'isoler les 4 connecteurs RCA, que je relierai à la masse pour voir si ça change.

Hors ligne œdicnème

  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 1247
Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...
« Réponse #20 le: 01 octobre 2014 22:21 »
Un impératif que j'ai oublié de mentionner, c'est que toutes les sources doivent débiter à basse impédance dans les liaisons. C'est particulièrement préventif/curatif contre les ronflettes.
 
Si l'on branche un câble directement sur le curseur d'un potentiomètre de volume, celui-ci ne doit pas avoir une valeur supérieure à 10 kOhm. Je ne comprends pas d'ailleurs qu'on emploie encore de valeurs supérieures à celle-ci dans cette fonction, elles sont néfastes tant du point de vue des bruits induits que de la distorsion pour l'attaque d'un ampli de puissance.   

Après un essai d'atténuateur à plots, décrit dans un autre fil et finalement pas pratique, j'envisage de me tourner vers un étage actif de commande de gain dont l'organe de réglage est un potentiomètre deux pistes à variation linéraire, de valeur 10, 4.7, 2.2 K ou même 1 kOhm, l'électronique associée procurant la variation logarithmique requise. L'impédance de sortie peut être de 50 Ohm, voire, si besoin, proche de 0 avec trois composants de plus.  Les boucles de masse n'osent plus alors ouvrir la bouche.
« Modifié: 02 octobre 2014 00:07 par œdicnème »

Hors ligne larudakote

  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 564
Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...
« Réponse #21 le: 02 octobre 2014 09:43 »
Citation de: œdicnème
Si l'on branche un câble directement sur le curseur d'un potentiomètre de volume, celui-ci ne doit pas avoir une valeur supérieure à 10 kOhm. Je ne comprends pas d'ailleurs qu'on emploie encore de valeurs supérieures à celle-ci dans cette fonction, elles sont néfastes tant du point de vue des bruits induits que de la distorsion pour l'attaque d'un ampli de puissance.   

Intéressant. On trouve un peu partout des valeurs de 22 à 47K, y compris dans les notes d'application.

Citer
Les boucles de masse n'osent plus alors ouvrir la bouche.

Je dirais même : les boucles de masse n'osent plus ouvrir la boucle.

Hors ligne œdicnème

  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 1247
Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...
« Réponse #22 le: 02 octobre 2014 11:59 »
On trouve un peu partout des valeurs de 22 à 47K, y compris dans les notes d'application.

Tous les étages d'électronique petits signaux audio, qu'ils soient en composants discrets ou sous forme d'amplis-op intégrés, sont capables de débiter au moins 1 mA sans plus de distorsion que sans charge.
1 mA dans 10 kOhm, ça fait 10 Vcrête, soit 7 Vrms.
Dans les circuits habituels, on rencontre rarement des signaux de tension supérieure à 2 Vrms.
L'héroïque NE5532 à 0.5 € est capable de beaucoup plus.     
D'où mon abjection de l'emploi de valeurs supérieures 10 kOhm pour les potentiomètres, grands pourvoyeurs de bruit, distorsion et diaphonie.

Je dois dire que dans les notes d'application, il y a parfois de grosses surprises, cela va jusqu'à des montages qui ne fonctionnent pas.
« Modifié: 02 octobre 2014 14:00 par œdicnème »

Hors ligne larudakote

  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 564
Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...
« Réponse #23 le: 03 octobre 2014 09:47 »
Il y a d'instructives vidéos de Jipihorn sur ce délicat sujet : 
http://jipihorn.wordpress.com/2013/09/23/ronflettes-et-boule-de-masse-phase-neutre-masse-et-terre/
http://jipihorn.wordpress.com/2013/10/08/ronflettes-et-boucle-de-masse-sources-internes/
http://www.youtube.com/watch?v=txIT1JCY-I8

J'ai regardé deux vidéos, très instructives. A lire l'auteur, c'est un repentir ! Il a vu la lumière ;)

On oublie donc la masse en étoile mais on retient la masse en étapes.

Cela dit, pour revenir à notre discussion sur la liaison coffret/masse/terre (cf. point 11 de la vidéo #2) il évoque les appareils de classe II qui n'ont pas de référence à la terre. Je le trouve d'ailleurs moins affirmé sur cette liaison coffret et je comprends qu'elle est moins critique que les autres (point milieu, masse des entrées et étages AOP), nonobstant les critères de sécurité en classe I.

Hors ligne œdicnème

  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 1247
Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...
« Réponse #24 le: 03 octobre 2014 16:20 »
On oublie donc la masse en étoile mais on retient la masse en étapes.

Allant dans ce sens mais pas encore employé en électronique, le néologisme "séquençage" me paraît adapté.

Pour un bon câblage, on évoque aussi souvent le concept d'équipotentialité dont l'obtention se réalise assez bien en diminuant au maximum l'impédance entre n'importe quels points devant être à la masse du circuit (technique du plan de masse) Autrement dit, des boucles de masse à la tonne...

A noter quelques interventions très pertinentes d'Hervé00fr, à l'expérience étendue dans un secteur de pointe, sur le forum Audax à propos du câblage.

Citer
Cela dit, pour revenir à notre discussion sur la liaison coffret/masse/terre (cf. point 11 de la vidéo #2) il évoque les appareils de classe II qui n'ont pas de référence à la terre. Je le trouve d'ailleurs moins affirmé sur cette liaison coffret et je comprends qu'elle est moins critique que les autres (point milieu, masse des entrées et étages AOP), nonobstant les critères de sécurité en classe I.

D'après Douglas Self, les appareils classe II ne garantissent pas l'absence de boucles de masse. A cause des courants de fuite ! Donc, ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de boucle de masse visible qu'il n'y en a pas !

A rappeler que la mise à la terre n'a aucun autre but que d'assurer la sécurité contre les risques d'électrisation (plus connue sous le nom d'électrocution ).

Il y a un circuit qui est sensé éviter de créer une boucle de masse par le fil de terre, il consiste à insérer une résistance de puissance de 10 Ohm shuntée par deux diodes de puissance en tête-bêche entre châssis et connexion de terre sur la prise IEC. Ca n'est pas un circuit homologué, donc prudence.   

L'erreur la plus souvent commise (j'ai longtemps donné , en suivant les conseils de John Linsley-Hood...) avec un transfo à point milieu, c'est de raccorder le châssis au plus près de ce point milieu.

C'est en aval des gros condensateurs chimiques "réservoir" que  le châssis peut ou doit être raccordé au point milieu d'une alimentation symétrique.
Il faut bien voir que, à chaque fois qu'une diode de redressement est passante, les très brèves pointes de courant sont considérables, une référence de tension nulle ne saurait en aucun cas se situer sur un point traversé par ces pointes de courant.   
« Modifié: 03 octobre 2014 18:46 par œdicnème »

Hors ligne larudakote

  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 564
Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...
« Réponse #25 le: 04 octobre 2014 11:46 »
Citation de: œdicnème
D'après Douglas Self, les appareils classe II ne garantissent pas l'absence de boucles de masse. A cause des courants de fuite ! Donc, ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de boucle de masse visible qu'il n'y en a pas !

Je n'ai pas osé supposer le contraire. Juste pointé le concept de connexion de la masse et/ou terre au boîtier (ou pas).

Je viens de recevoir mes modules Ebay LM4780. Jolies betites bestioles, livré avec datasheet (ci-joint). Beau circuit double faces avec plan de masse conséquent. De la résistance couche métal 1%. A noter une fonctionnalité rare dans ce genre de gainclone : une sortie alimentation pour crossover (ex.). Non documentée, je suppose que la tension est abaissée. Pour info il en reste un à vendre, à cette heure.

Hors ligne œdicnème

  • Membre Habitué
  • *****
  • Messages: 1247
Comparaison gainclone : TDA7293, LM3886/LM4780, LM4766, LM3875...
« Réponse #26 le: 04 octobre 2014 14:09 »
Pas de datasheet joint, juste le diagramme d'implantation.

Pas cher, et au vu de la photo, bien fabriqué.

Il y a une inductance de sortie, rare à ce prix, beaucoup l'omettent par économie.

La sortie d'alimentation pour crossover semble être simplement raccordée à l'alimentation du module, sans traitement particulier. Il est alors préférable d'effectuer un tel raccord en sortie de l'alimentation principale de l'appareil plutôt que sur cette carte. 

Pour le branchement des entrées, attention à... la boucle de masse.
Idéalement le trajet de la connexion aux prises doit être le plus court possible.

Voici comment je câblerais ce module :

- raccord au chassis des socles des RCA

- un câble blindé pour chaque entrée, les deux câbles bien côte à côte.
- ou un seul câble blindé véhiculant les deux fils de modulation cote à cote,
ce qui introduit une légère diaphonie si la source est à impédance un peu élevée.
- ou encore, avec les deux liaisons proches l'une de l'autre, chacune réalisée par deux fils fortement torsadés (c'est une recommandation du spécialiste Jim Brown  http://www.audiosystemsgroup.com/publish.htm )